Aider les travailleuses et travailleurs

qui ont des enfants ayant des besoins
spéciaux à surmonter les obstacles

Conseillers/conseillères

Marie Josée Landry

Marie

Marie-Josée Landry, conseillère rattachée au programme Besoins spéciaux au Québec. Il y a dix ans, Marie-Josée devenait la première conseillère francophone du programme Besoins spéciaux. Aujourd'hui les programmes Besoins spéciaux et Aller de l'avant peuvent compter sur le travail de six conseillères francophones. Marie-Josée connaît deux de ces conseillères. Elles se consultent souvent pour discuter d'une question soulevée par un parent ou pour échanger au sujet d'une référence à donner. Pour Marie-Josée, le travail d'équipe est crucial.

Marie-Josée s'intéresse aux questions liées aux besoins spéciaux depuis longtemps; depuis, en fait, que toute jeune elle s'est liée d'amitié avec une personne ayant des limitations fonctionnelles. Quand elle est arrivée au programme Besoins spéciaux, elle comptait déjà dix années d'expérience dans deux agencies différentes à titre de conseillère en integration auprès des enfants en difficulté.

Marie-Josée s'occupe de 20 familles - ce qui, pour elle, représente un maximum - don't certaines depuis le tout début du programme. Ses rapports avec les familles sont à la fois professionnelles et personnelles, ne se limitant pas aux formulaires à remplir à chaque période de financement. Elle estime que son rôle premier est de comprendre les besoins des familles et de les aider. Elle aime, durant ses entretiens téléphoniques, que les familles lui disent comment elles vont et qu'elles lui fassent part des problèmes qu'elles peuvent avoir avec le système scolaire. Grâce à son expérience et à sa connaissance des programmes

en place, Marie-Josée peut parfois renvoyer une familles à telle ou telle resource communautaire ou donner des conseils sur la façon d'aborder un problème bien précis.

Marie-Josée a été surprise au début d'apprendre que le STTP parrainait un programme à l'intention de ses membres qui ont des enfants ayant des limitations fonctionnelles. Pour elle, ce programme donne une bonne image du Syndicat. Elle est d'avis que les gouvernements devraient également venir en aide aux familles qui ont des enfants ayant des besoins spéciaux.

Sur un plan plus personnel, Marie-Josée vit avec son mari et leur fille de 14 ans et tous deux sont très solidaires de son travail. La famille essaie de prendre des vacances deux fois l'an. En hiver, ils vont dans le Sud pour échapper au froid et à la neige de l'Outaouais. Marie-Josée aime la mode et adore magasiner à Québec. Elle participe encore, de temps à autre, à des défilés de mode.

Pour Marie-Josée, le fait d'apporter un certain optimisme et du répit aux familles lui procure beaucoup de satisfaction. Elle trouve difficile de voir des familles qui ont d'importants besoins ne pas être en mesure d'obtenir une aide financière suffisante. Un jour, elle aimerait pouvoir rencontrer ses familles en personne.