Aider les travailleuses et travailleurs

qui ont des enfants ayant des besoins
spéciaux à surmonter les obstacles

Conseillers/conseillères

Lesley-Anne Cook-Kay

Lesley-Anne Cook-Kay

Faire une différence, un appel à la fois

Pour Lesley-Anne Cook-Kay, la partie la plus gratifiante de son travail en tant que conseillère du programme Besoins spéciaux est le contact personnel qu’elle établit avec les familles des membres du STTP et du SEPC qui participent au programme.

« Lorsqu’on appelle quelqu’un trois fois par an pendant sept ans, on établit des liens avec cette personne et on finit par en savoir beaucoup sur sa vie, comment les choses se déroulent, et c’est ce qui me tient le plus à cœur », explique-t-elle.

En tant que bénévole de longue date et éducatrice ressource depuis 23 ans auprès des enfants ayant des besoins spéciaux, Mme Cook-Kay connaît tous les problèmes liés à l’inclusion de ces enfants. À l’agence où elle travaille, elle assure le suivi de 24 enfants ayant des besoins spéciaux, âgés entre 18 mois et six ans, qui fréquentent différentes garderies dans la région de Niagara, en Ontario. En tant que conseillère du programme Besoins spéciaux, elle s’occupe de 16 familles.

Dans le cadre de son travail de conseillère du programme Besoins spéciaux, la défense des droits est l’un des aspects sur lequel elle insiste lorsqu’elle appelle les familles. « Certaines familles ne croient pas qu’elles peuvent contester le système et demander davantage que ce qu’elles reçoivent. J’essaie vraiment de travailler là-dessus. »

Elle essaie aussi de donner aux parents un peu de « matière à réflexion » à propos des services et autres organismes qu’ils peuvent contacter pour trouver des ressources qui vont les soutenir, eux et leurs enfants. « Je leur donne du travail à faire et quand je les rappelle, je leur demande s’ils ont trouvé quelque chose. ».

Une autre partie importante de ce travail consiste à être présente pour les parents qui vivent des moments particulièrement difficiles. « Parfois, on vit avec eux leur séparation ou leur divorce, ou encore un deuil dans la famille. On représente quelqu’un à qui ils peuvent se confier, qui ne les connaît pas, mais qui éprouve de la compassion pour eux et qui les écoute. »

 Mme Cook-Kay affirme que depuis 2001, date à laquelle elle a commencé à travailler en tant que conseillère, le programme a évolué. Le travail est demeuré sensiblement le même, mais le programme a « davantage » à offrir, par exemple plus d’endroits vers lesquels diriger les gens, sans compter le programme Aller de l’avant (destiné aux enfants adultes ayant des limitations fonctionnelles), et le site Web du programme.

La motivation première de Mme Cook-Kay pour devenir conseillère est toujours la même. « Je veux simplement faire une différence, grande ou petite, dans la vie des gens. Je fais exactement ce que j’aime faire! »