Aider les travailleuses et travailleurs

qui ont des enfants ayant des besoins
spéciaux à surmonter les obstacles

Il m’étonne tous les jours

m2m17_200Mon fils Calvin a maintenant 14 ans. Il souffre depuis sa naissance d’un syndrome rare appelé « cri-du-chat ». Il vient de terminer sa 8e année et va très bien. Il éprouve toutefois de graves problèmes d’anxiété, surtout à l’école. Cependant, il n’arrête pas de m’impressionner tous les jours par ses connaissances. Il a une mémoire phénoménale! Je tenais à vous raconter un projet auquel il a participé par l’entremise de son école. L’école a appelé ce projet « La voie du succès de Calvin ». Comme il est maintenant adolescent et qu’il approche de l’âge adulte, l’école nous a proposé de participer à une réflexion sur son avenir. Elle souhaitait ainsi connaître notre avis à ce sujet. La rencontre a rassemblé les membres de ma famille, les enseignantes et enseignants de Calvin, son physiothérapeute et l’animateur de la rencontre. Nous avons discuté de ses projets actuels, en abordant tour à tour ses goûts et ses aptitudes. Nous avons ensuite discuté des mesures que nous pourrions prendre pour améliorer sa vie. Par exemple, je dois obtenir un rendez-vous chez le médecin pour qu’il nous aiguille vers un pédiatre susceptible de nous aider à réduire le niveau d’anxiété de Calvin et à le convaincre de subir des prises de sang. Chaque participant s’est vu assigner un rôle. Nous avons ensuite entamé une discussion sur les moyens à prendre pour « renforcer » Calvin. Par exemple, lui faire suivre un programme de relaxation, le préparer aux périodes de transition et développer sa capacité à faire des choix et à accepter le changement. Nous avons ensuite discuté de ses objectifs d’avenir dans différents domaines : aptitudes à la vie quotidienne, communication, amitiés, expérience de travail, sorties, transition à l’école secondaire, aptitudes à la gestion de l’argent, utilisation d’un assistant numérique, etc. Nous avons poursuivi cette réflexion tout au long de la séance : où vivra-il lorsqu’il aura 19 ans? Va-t-il travailler? Quels seront ses loisirs? Réfléchir à l’avenir de Calvin dans cinq ans n’a pas été facile. Mais entendre les rêves des autres à son sujet m’a vraiment inspirée! Il est difficile pour moi de voir mon « petit garçon » grandir aussi vite et de me faire à l’idée que je devrai lui accorder un peu plus d’indépendance. Mais, en fin de compte, je suis heureuse qu’on nous ait donné cette occasion et je tenais à partager cette expérience avec vous. Un grand merci au programme Besoins spéciaux! factrice Fort St. John, Colombie-Britannique